20 juin 2014

REPORTAGE de GRÉGOIRE COMHAIRE, envoyé spécial À RAMALLAH et JÉRUSALEM

Quatre articles remarquables parus dans La Libre en janvier et en avril 2014 :

1. Mirage à Ramallah


mardi 15 avril 2014
Négociateurs israéliens et palestiniens, en présence du médiateur américain Martin Indyk, se voient mercredi. Alors que le processus de paix israélo-palestinien s’enlise, Ramallah affiche une image de cité prospère. Mais si certains habitants sont des privilégiés, la réalité n’est jamais loin.


Voir la note en bas de la page

2. Cisjordanie: Rester, c’est résister

 mercredi 16 avril 2014
A plus de 200 mètres en dessous du niveau de la mer, la ville de Jéricho apparaît comme une oasis au milieu du désert. Vingt-cinq mille habitants, une palmeraie luxuriante que l’on aperçoit depuis les rives de la mer Morte. C’est l’une des plus vieilles villes du monde et le seul centre urbain de la vallée du Jourdain, une région désertique qu’Israël a entrepris de transformer en miracle agricole depuis une quarantaine d’années. 
Voir la note en bas de la page
3. La mémoire douloureuse de l’exil

jeudi 17 avril 2014

Fondée il y a 4 000 ans, le port phénicien de Jaffa est l’un des plus anciens de la Méditerranée. Il a longtemps été la porte d’entrée de la Terre sainte et, pour beaucoup d’immigrants juifs au début du XXe siècle, la première image de ce pays où ils étaient venus trouver une autre vie. Jaffa - "la belle" en hébreu - avait tout pour les charmer. Pas étonnant qu’ils aient bâti leur ville juste à côté. Une ville au nom lui aussi plein de promesses : Tel Aviv, "la Colline du printemps". 


Voir la note en bas de la page

4. Au cœur de la vallée du Jourdain

mardi 14 janvier 2014 à 05h38
Des pierres, des vallées désertiques et une température qui se réchauffe à mesure que la voiture descend sous le niveau de la mer. Quitter Jérusalem par l’est constitue un véritable choc thermique. 

Une bande de terre, qui s’étire sur 80 km entre le lac de Tibériade et la mer Morte, propulsée au cœur des tractations israélo-palestiniennes depuis plusieurs semaines.
Dès sa conquête en 1967, le gouvernement israélien a vite compris l’intérêt stratégique de cette zone. Avant même que ne démarrent les grands chantiers de colonisation en Cisjordanie, le gouvernement de Levi Eshkol adopta "le plan Allon", prévoyant l’installation d’agriculteurs dans cette vallée pour marquer la nouvelle frontière orientale.

http://www.lalibre.be/actu/international/au-cur-de-la-vallee-du-jourdain-52d4bf4435701baedab82045

Note :
L'accès aux articles est réservé aux abonnés de La Libre d numérique : pour s'abonner (Édition abonnés LaLibre.be), il en coûte 4,83 € par mois.

Aucun commentaire: