Accéder au contenu principal

L’UNESCO reconnaît un village palestinien comme héritage de l’humanité

L’urgence du processus de nomination vise à bloquer la construction de la barrière de sécurité à travers les terres arables de Battir près de Jérusalem

Par Ali Sawafta Jun. 20, 2014
Haaretz







 
















Les terrasses  de Battir sont considérées comme les plus anciennes et les plus vastes dans les collines de Judée, et sont apparemment reconnues comme un lieu qui est un héritage naturel et humain. 
 Photo de Michal Fattal

Articles connectés :

Palestinians to ask UN to recognize West Bank village as World Heritage site
By Barak Ravid | May 30, 2012 | 2:40 AM |  31
Israel green agency backs Palestinian farmers on West Bank wall
By Reuters | Dec. 12, 2012 | 3:16 PM |  6
Israel's High Court orders state to find alternative to separation fence at West Bank village
By Nir Hasson | Dec. 14, 2012 | 9:17 AM |  16

REUTERS – Un village palestinien a été ajouté vendredi à la liste des héritages de l’humanité de l’UNESCO après une nomination d’urgence pour essayer de bloquer Israël de construire une barrière à travers ses anciennes terres arables. L’Organisation d’éducation, scientifique et culturelle de l’ONU, l’UNESCO, a dit que le village a été reconnu d’urgence au vu de « la construction d’un mur de séparation qui peut isoler des paysans de champs qu’ils ont cultivés depuis des siècles. » Le comité d’héritage de l’humanité de l’UNESCO, réuni au Qatar, a ajouté au village les vallées cultivées en Cisjordanie occupée près de Jérusalem une particularité de terrasses de pierre pittoresques qui risquent « des dommages irréversibles » si la barrière devait être construite.

Israël dit que la barrière de barbelés tranchants et de murs en béton a été construite en Cisjordanie par mesure de sécurité. Certains des travaux ont commencé en 2003 et doivent encore être complétés.
Les Palestiniens prétendent que la barrière les prive de leur pays où ils veulent installer un état indépendant.

L’application en urgence a été un exemple de la stratégie du leadership palestinien pour rejoindre des agences de l’ONU et signer des traités de l’ONU pour renforcer leur revendication à un état.

La déclaration de l’UNESCO n’a pas mentionné Israël, disant seulement que « le paysage est devenu vulnérable sous l’impact  de transformations socioculturelles et géopolitiques.

En 2012, la Haute Cour d’Israël avait insisté pour que l’itinéraire de la barrière dans la région de Battir soit retracé, un des rares cas de soutien d’un organe du gouvernement israélien pour une contestation palestinienne.

Dans le vote à Doha, vendredi, 11 membres du comité ont soutenu l’inscription sur la liste de Battir, trois s’y sont opposés et sept se sont abstenus.
Rula Ma’ayah, la Ministre palestinienne du Tourisme et des Antiquités, a loué la décision, disant à Reuters que cela garantissait au village une protection internationale contre « permettre aux autorités d’occupation d’israéliennes de l’endommager. »

Le lieu de naissance de Jésus à Bethléem est un autre site palestinien inscrit sur la liste de l’UNESCO. Les murs de la vieille cité de Jérusalem également.

Israël a annexé Jérusalem-Est comme partie de sa capitale dans une action qui n’a jamais été reconnue internationalement, tandis que les Palestiniens veulent que ce soit la capitale de leur futur état.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES DÉMOLITIONS DE MAISONS EN CISJORDANIE EN HAUSSE

Le transfert silencieux s'accélère...

Palestine  -DOSSIER DÉMOLITIONS - pages 4 et 5

par Sophie Feyder et Nathalie Jeanne d'athée


Selon l'ONG israélienne Israeli Committee against House Demolition (ICAHD),  le gouvernement israélien a déjà fait démolir 48 488 structures palestiniennes depuis 1967, date de l'occupation de la Cisjordanie et de Gaza.
Un nombre incalculable de gens se sont ainsi retrouvés sans abris du jour au lendemain.
Cette politique de démolition est un des piliers d'une stratégie plus large de judaïsation de la Cisjordanie, une manière silencieuse mais efficace de procéder à un transfert de population.

Si le mot "nettoyage ethnique" froisse encore beaucoup d'oreilles, les juristes israéliens concèdent pour la plupart que ce recours aux démolitions entre clairement en contravention avec l'article 53 de la quatrième Convention de Genève, selon lequel "il est interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou…

Palestine : un reportage remarquable de grégoire Commaire

Parus dans La Libre en avril 2014 :
https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=28712897#editor/target=post;postID=7143928951061035928;onPublishedMenu=posts;onClosedMenu=posts;postNum=3;src=link

En voici des extraits, l'accès aux articles complet étant réservé aux abonnés de la Libre.

Il y a moyen de s'abonner à La Libre électronique, il en coûte 4,83 € par mois (voir la note à la fin de l'article)

Voir l'introduction aux articles dans ce Blog

1. Mirage à Ramallah

mardi 15 avril 2014

Alors que le processus de paix israélo-palestinien s’enlise, Ramallah affiche une image de cité prospère. Mais si certains habitants sont des privilégiés, la réalité n’est jamais loin.
Nous sommes à Jérusalem, capitale autoproclamée d’Israël et ville trois fois sainte pour des millions de croyants à travers le monde. Huit cent mille personnes vivent ici, dont 260 000 Palestiniens chrétiens et musulmans, qui ont un statut de "résident permanent" depuis la conquête par Israël des quarti…

Une lettre de Gaza aux Indiens de Standing Rock

pourlapalestine.be/une-lettre-de-gaza-aux-indiens-de-standing-rock/

Chers Indiens d’Amérique,
Bien que nous soyons de couleurs, religions, cultures et contrées différentes, j’ai découvert, avec les protestations de Standing Rock, que nous avions beaucoup plus de choses en commun que de différences. Quand je lis votre histoire, je puis nous y voir reflétés, mon peuple et moi. Je sens au fond de mon cœur que votre combat est le mien et que je ne suis pas seule dans la lutte contre l’injustice.


Mes ancêtres n’étaient pas les seuls qui vivaient en Palestine. Juifs, chrétiens et Arabes vivaient tous les uns aux côtés des autres, dans mon pays. Mais mes ancêtres – y compris mes grands-parents et mes arrière-grands-parents – étaient le peuple indigène, tout comme vous. Et ils ont subi le même sort que votre peuple. La politique américaine d’occupation et de déportation via des marches forcées comme la Piste des Larmes, avec le transfert progressif de tant des vôtres dans des réserves surpeup…