16 juillet 2014

Le coup de gueule de Tahar Ben Jelloun

GAZA: A ARMES INÉGALES
Par Tahar Ben Jelloun(@Tahar_B_Jelloun) le 14/07/2014 à 12h00

Les Palestiniens n’ont pas de chance. Ils doivent se battre contre l’ennemi le plus puissant, le plus fort et le plus soutenu dans le monde. En plus ils n’ont pas de chance d’avoir un parti religieux qui représente une partie du peuple.

Cela fait une semaine que chaque jour j’essaie d’écrire quelque chose sur ce qui se passe à Gaza. Je suis révolté, meurtri et incapable d’aligner des phrases d’indignation ou de colère. Je sais, ça ne sert à rien. Les Palestiniens n’ont pas de chance. Ils doivent se battre contre l’ennemi le plus puissant, le plus fort et le plus soutenu dans le monde. En plus ils n’ont pas de chance d’avoir un parti religieux qui représente une partie du peuple. Le Hamas et sa politique de refus systématique de négocier sont une aubaine pour Israël. L’Autorité palestinienne a tant cédé sur plusieurs plans au point d’apparaître faible et sans effet. D’ailleurs, Netanyahu la méprise et ne cesse de développer les colonies. Il a décidé en plus de construire un nouveau mur pour la sécurité d’Israël.

Cet Etat est le seul au monde à n’avoir jamais respecté les dizaines et dizaines de résolutions des Nations Unies. Impuni et arrogant, il poursuit le vol et l’occupation des territoires et bombarde les populations à Gaza. Les roquettes que le Hamas lance sur le sud d’Israël provoquent plus de peur que de mal ; ça maintient le sentiment d’insécurité qui justifie les représailles les plus meurtrières. Si le Hamas avait un peu de bon sens, il cesserait ces tirs, car ça ne sert qu’à donner à son ennemi la possibilité de massacrer les civils.

Les Palestiniens sont abandonnés. Ils meurent et on doit se taire. C’est ainsi. Le fait que le premier ministre israélien ait reçu dès le départ un soutien fort et ferme de François Hollande ainsi que d’Angela Merkel est en soi un "permis à tuer", compte tenu de la politique intransigeante de Netanyahu. 
Lire la suite...

Aucun commentaire: