26 avril 2007

Le député arabe israélien Azmi Bichara démissionne de la Knesset et s'exile

Révélateur de la situation actuelle des arabes israélien...
LE MONDE le 23.04.07 (Correspondant à Jérusalem)

Azmi Bichara, l'un des onze députés arabes israéliens de la Knesset (Parlement), élu depuis 1996, a annoncé, dimanche 22 avril, au Caire, qu'il a démissionné de ses fonctions et qu'il ne rentrera pas en Israël.

Véritable trublion de la vie politique israélienne en raison de ses prises de position très critiques, le chef du parti Balad - acronyme hébreu de Rassemblement patriotique démocratique - a présenté sa démission à l'ambassadeur d'Israël au Caire. Ayant fui son pays au début du mois d'avril, M. Bichara a décidé de rester à l'étranger pendant quelques années, mais compte revenir en Israël lorsque l'enquête le concernant sera terminée car, dit-il, "l'exil n'est pas une option".

Depuis le mois d'avril, cet ancien communiste, qui dénonce sans relâche les injustices dont sont victimes les Arabes israéliens, fait l'objet d'une enquête de police dont on ne sait rien officiellement en raison de la censure imposée aux médias par les autorités judiciaires. Ce qui alimente toutes sortes de rumeurs, mais a suffi à inquiéter suffisamment Azmi Bichara, âgé de 50 ans, pour qu'il décide de partir. Il pourrait notamment être accusé de "trahison" ou d'"atteinte à la sécurité de l'Etat", des chefs d'inculpation qui sont passibles de lourdes peines de prison.

Il est reproché à ce chrétien de Nazareth, diplômé de l'université Humboldt de Berlin, professeur de philosophie à l'université de Bir Zeit, près de Ramallah, et polémiste de talent, de s'être rendu à plusieurs reprises à Damas, d'avoir organisé des voyages pour des Arabes israéliens en Syrie, mais surtout d'y être allé en septembre 2006 avec deux autres députés de son parti, après la guerre du Liban. Ce voyage avait suscité la controverse, car il est interdit à un citoyen israélien de se rendre dans ce pays, officiellement en guerre avec Israël.

Lire la suite...

25 avril 2007

Entrevue avec Mustapha Barghouti : « Notre jour viendra »

RAMALLAH - Mustafa Barghouti vient d’être nommé ministre de l’Information dans le nouveau gouvernement palestinien d’unité nationale. Médecin, militant des droits humains et fondateur de plusieurs organisations humanitaires en Palestine, il s’est surtout fait connaître par son franc-parler et par son opposition à la corruption, Entrevue avec celui qui représente la « troisième voie » entre le Fatah et le Hamas, une gauche nouvelle palestinienne, laïque et démocratique.

Le site canadien Alternatives.ca publie un entretien de Catherine PAPPAS avec Mustafa Barghouti (30 mars 2007) - Lire l'article.

Prochaine mission d'observation citoyenne


Toussaint 2007


Palestine. Quelques tableaux parlants

  Made in illegality / outils infographiques 1er juillet 2019  https://plateforme-palestine.org/Made-in-illegality-outils-infographiqu...