31 mai 2010

Gaza: plus de 10 morts dans un raid israélien contre la flottille internationale

URGENT !
Dernière minute :

Le GAZA FREEDOM FLOTILLA a été vicitme d'un raid cette nuit, faisant plus de morts !!!

AUJOURD'HUI : rassemblement à 16h devant le ministère des affaires étrangères  - rue des Petits Carmes 15 à 1000 Bruxelles.

La responsabilité de l'Europe et de la Belgique, dans le siège de Gaza, est importante. Notre silence et notre inaction relève de la complicité.

Nous exigeons de notre gouvernement d'entreprendre toutes les initiatives nécessaires en vue de briser le siège de Gaza.



GAZA (AFP)

LA LIBRE.BE - Mis en ligne le 31/05/2010 à 12h18

Plus de dix passagers ont été tués lundi lorsque des commandos israéliens ont pris d'assaut la flottille internationale de militants pro-palestiniens qui se dirigeait vers la bande de Gaza, a indiqué l'armée israélienne qui a admis avoir agi dans les eaux internationales.
Dix-neuf passagers ont été tués et 36 autres blessés lundi lors de l'assaut donné par des commandos israéliens contre une flottille humanitaire internationale qui se rendait à Gaza, selon un nouveau bilan de la chaîne 10 de la télévision israélienne.
Alors que l'ONU s'est dite "choquée" et que l'Union européenne demandait une "enquête complète" des autorités israéliennes sur les circonstances du raid, la Turquie, dont plusieurs ressortissants feraient partie des victimes, a prévenu Israël de "conséquences irréparables" sur les relations bilatérales.
Lire la suite


Faire circuler l'information au maximum.

12 mai 2010

UN CLOWN CÉLÈBRE ESPAGNOL REFOULÉ À SON ARRIVÉE À L’AÉROPORT BEN GOURION

Publié le 9-05-2010

Dans un article publié par le quotidien israélien Haaretz, le journaliste Gideon Levy s’indigne de l’expulsion du Clown Prado, venu pour un festival international de clown en Palestine, comme de celle de nombreux autres étrangers. Il souligne que personne n’est plus dupe des fameuses "mesures de sécurité", systématiquement invoquées, en dehors de tous ceux qui ont choisi de fermer les yeux sur la "fascisation progressive d’Israël".

"C’est qui, le véritable clown, ici ?

Qui a dit que l’humour juif avait disparu d’Israël ? Qui a dit que les organisations israéliennes les plus confidentielles n’ont pas en certaines occasions, des moments de franche détente, entre le moment où ils préparent des assassinats et font échouer les complots ?

La fascisation progressive d’Israël, son isolement, son nationalisme et son militarisme ne font rien pour qu’on se détende et qu’on s’amuse.. Aussi, écoutez bien ce que Barak Raviv a rapporté dans le Ha’aretz ce jeudi :

Un clown espagnol – on dirait le début d’une blague – débarque en Israël. Pas n’importe quel clown, non, mais le plus fameux clown d’Espagne, Ivan Prado. Il s’attendait à passer haut la main le contrôle de son passeport (un passeport de citoyen espagnol, même celui d’un clown, n’a pas besoin d’une autorisation de sécurité pour entrer dans l’état démocratique d’Israël)– à déclarer son sac plein de tours et à continuer vers Ramallah.

Il avait prévu, ce pitre, de créer un festival international de clowns précisément à Ramallah. Ce fut l’erreur de sa vie, une idée vraiment tordue. D’abord, quel besoin les Palestiniens ont-ils d’accueillir des clowns venus de tous les pays ? Ils en ont largement assez avec les leurs, merci. De toute façon, de quoi pourraient-ils bien rire, à Ramallah ?

En un clin d’œil, l’un des agents les plus futés du Shin Bet apparut, en vrai gardien d’Israël, pour saisir ce farceur et le questionner sur ses liens avec « des groupes terroristes » . Prado, cet imbécile de clown, refusa de répondre. L’agent du Shin Bet (un clown de moindre renommée) crut, apparemment, qu’il avait été choisi comme sauveur, ce jour-là.

Pour la faire courte, après six heures d’attente désespérante à l’aéroport international Ben Gourion, Prado a été informé par un représentant du ministère de l’Intérieur : « Vous êtes expulsé. Prenez le premier vol pour Madrid où il y a de la place pour les rigolos de votre espèce ». Avec ça, Prado se métamorphosa en prophète de l’Apocalypse. Quand il eut débarqué en Espagne, il commença à dénoncer Israël dans la presse locale, comparant la lamentable situation des Palestiniens avec celle des Juifs de Pologne pendant la guerre. Juste ce dont nous avons besoin. Des plaisanteries polonaises en supplément !

L’ambassade d’Israël à Madrid a envoyé un communiqué urgent à Jérusalem pour demander : « Qu’avez-vous fait ? ». Le ministère des affaires étrangères a répondu sèchement : « Raisons de sécurité ». La rage s’est emparée de l’ambassade espagnole, qui a réclamé une réponse plus concrète pour répliquer aux questions des media espagnols, persuadés que l’expulsion d’un clown pour « raisons de sécurité » ne peut être qu’une plaisanterie.

Mais les services du ShinBet’ et du Ministère de la Défense ne se sont pas donnés la peine de répondre. « Cet homme a refusé de fournir des informations complètes aux agents de la sécurité, et plus particulièrement sur ses liens avec des organisations terroristes palestiniennes » a déclaré le Shin Bet au Ha’aretz en réponse à sa demande.

Explication de texte : Prado, comme l’a si bien compris le si omniscient Shin Bet, a des liens avec des groupes terroristes, autrement il n’aurait pas souhaité créer un festival de clowns à Ramallah. Pire, il a refusé de parler de ces liens. Quels « groupes terroristes » ? Islamique, Jihad ou Brigade des martyrs d’Al-Aqsa peut-être ? Al-Qaida ? Les forces Ouds d’Iran ? Quels liens ? Est-ce que ce clown prévoyait de faire venir d’Espagne de gros stocks de rigolades hostiles ? Des bombes à plaisanterie pour les jihadistes ? Une dévastatrice conclusion comique pour le Hamas ? « Vous pouvez rire », a finalement déclaré un représentant du ministère des affaires étrangères « mais l’incident a déjà causé de sérieux dommages à l’image d’Israël à l’étranger, et cela n’a fait que s’accentuer quand Israël a refusé de fournir des explications sérieuses ».

Prado n’est pas tout seul. Si cette histoire n’était pas si inepte, si grotesque, et si rageante, nous pourrions en rire jaune, à notre seul détriment. Mais des douzaines de visiteurs étrangers ont été refoulés de la même manière au cours des derniers mois parce que suspects de sympathie avec les Palestiniens – un délit très grave, évidemment. Ce sont des gens qui ont une conscience et qui étaient venus exprimer leur soutien aux Palestiniens mais en ont été empêchés, en raison de ce que la police de l’aéroport a dans la tête. L’historien juif américain Norman Finkelstein a été expulsé parce qu’il soutient une solution à deux Etats dans le conflit du Proche Orient, et parce qu’ils pense qu’Israël a fait de l’Holocauste une industrie. Mais s’il avait demandé le document pour nouvel immigrant, il en aurait immédiatement reçu un, conformément à la "Loi du Retour".

Mais venir en visiteur et avoir l’audace de critiquer ? Qu’on le renvoie en Amérique.

De la même manière, trois militants suédois en faveur d’une association juive-palestinienne pour l’éducation, ont été récemment expulsés, comme l’a été un journaliste américain qui avait travaillé longtemps pour Ma’an, une agence de presse palestinienne.

Quelqu’un a-t-il jamais entendu dire qu’un soutien ou un bienfaiteur des colons les plus extrémistes a été expulsé ?

S’il vous plait, ne faites pas rire le Shin Bet ni le ministère de l’Intérieur."

par Gideon Levy

9 mai 2010-05-09 Ha’aretz

http://www.haaretz.com/print-edition/opinion/who-s-the-real-clown-here-1.289150

(Traduit par Carole SANDREL pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

05 mai 2010

Israël-Palestine : 
L’obsession démographique est contre la paix

Pourquoi nous ne signons pas l’« Appel à la raison » lancé par le collectif « J Call »


Un groupe de personnalités juives européennes et israéliennes viennent de créer le collectif J Call (European Jewish Call for reason) et de lancer ce qu’elles nomment un « appel à la raison ».

En tant que juifs européens engagés dans le combat pour une paix juste entre Israéliens et Palestiniens, nous ne pouvons adhérer à cet appel. Voici pourquoi.

Nous savons le prix que les Palestiniens ont payé depuis plus d’un siècle et qu’ils payent encore pour que les juifs soient majoritaires en Palestine-Israël : massacres, expropriations forcées, expulsions, interdictions de retourner chez soi et des regroupements familiaux, destructions de maisons et d’autres biens. Aujourd’hui, six millions de Palestiniens soit près des deux tiers d’entre eux sont des exilés.
J Call veut « la survie d’Israël en tant qu’état juif et démocratique ». Il ne se préoccupe pas de rendre justice aux victimes du nettoyage ethnique de la Palestine. Il ne s’intéresse qu’à la préservation d’une majorité juive dans l’Etat d’Israël pour pouvoir maintenir « démocratiquement » un régime qui fait des Palestiniens israéliens (20 % des citoyens de cet Etat) des citoyens discriminés et qui empêche tout retour des exilés qui le souhaiteraient. Cette conception de la démocratie n’est pas la nôtre.

J Call prône une paix avec le peuple palestinien selon le principe « deux peuples deux états ». L’établissement d’une paix juste impliquera sans doute la création de deux états en Palestine-Israël mais, dans un territoire où les populations palestinienne et juive restent, malgré l’épuration ethnique, inextricablement mêlées, la formule « deux peuples deux états » est lourde de menaces de nouveaux transferts de population. De plus, tout en dénonçant « la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem-est », J Call ne définit pas les limites des territoires de ces deux états.

J Call demande que « l’Union européenne comme les états-Unis fasse pression sur les deux parties ». Or, depuis 1988, le Conseil National Palestinien accepte le principe du partage de la Palestine selon les frontières internationalement reconnues (soit 78 % pour l’état d’Israël et 22% pour l’état palestinien). Ce collectif estime-t-il qu’il faut « faire pression » sur les représentants palestiniens pour qu’ils acceptent un territoire encore plus petit ?

Et pour ce qui concerne les pressions à exercer sur la partie israélienne, on peut légitimement se demander de quoi il s’agit quand on sait que la majorité des initiateurs de l’appel se sont jusqu’ici toujours opposés à la moindre pression extérieure contre l’état d’Israël malgré son non respect systématique des résolutions de l’O.N.U. et ses violations innombrables du droit international. Le fait que l’appel affirme juste après que « la décision ultime appartient au peuple souverain d’Israël » permet d’imaginer l’insignifiance des « pressions » sur Israël que J Call est prêt à soutenir. Cette phrase est, par ailleurs, particulièrement choquante puisqu’elle implique que le sort des territoires occupés et des personnes vivant sous occupation doit être déterminé par les citoyens de la puissance occupante.

Nous pensons quant à nous, que l’Union européenne ne pourra contribuer efficacement à faire cesser la politique de plus en plus raciste et criminelle menée par l’Etat d’Israël à l’égard des Palestiniens qu’en sanctionnant cet état sur le plan économique. Car si l’Union européenne reste un « nain » politique, elle constitue, et de loin, le plus important partenaire économique d’Israël. L’inaction et la complaisance de l’Union européenne face aux innombrables infractions graves au droit international commises depuis si longtemps par l’Etat d’Israël font honte aux citoyens européens que nous sommes.

Premiers signataires

Marc Abramowicz, psychothérapeute
Jacques Aghion, professeur émérite de biochimie à l’Université de Liège
Jacques Aron, professeur honoraire et essayiste
Ofra Ben Artzi, Machsom Watch, Jerusalem
Miguelle Benrubi, médecin, Liège
Rudolf Bkouche, professeur émérite (Université de Lille 1)
Jacques Bude, professeur honoraire en psychologie sociale (Université Libre de Bruxelles)
Rosy Chauvier, psychothérapeute
Malou Dowiakowski-Luminet, psychanalyste, sympathisant européen
Fanny Filosof, féministe du mouvement international des "femmes en noir"
Marianne Gassel, psychologue
Pierre Gillis, professeur (Université de Mons)
Victor Ginsburgh, professeur émérite de science économique (Université Libre de Bruxelles)
Louise Gotovitch, inspectrice honoraire de pédagogie
Georges Gumpel, retraité, partie civile au procès Barbie, membre de l’UJFP-Lyon
Mladen Herzl, humaniste et laïc
Léon Ingber, professeur émérite à l'Université Libre de Bruxelles
Henriette Jungst, directrice de maison de jeunes
Nicole Kahn, retraitée membre UJFP-France
Sabine Kahn, professeur en sciences de l’éducation (Université Libre de Bruxelles)
Catherine Kestelijn, syndicaliste (Bruxelles)
Adeline Liebman, psychothérapeute
Daniel Liebmann, militant LCR (Belgique)
Dr Luminet, professeur honoraire, psychanalyste, sympathisant européen
Cathy Mayer, enseignante
Nicole Mayer, sociologue
Jean-Claude Meyer, membre du bureau national de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix)
Monique Nagielkopf, traductrice, (Antwerpen - Belgique)
Hamel Puissant, animateur-formateur
Jacob Rajchman, céramiste dentaire et photographe, membre de l’UPJB
Jacques Ravedovitz, psychothérapeute
Elisa Rigo, enseignante
Henri Roanne-Rosenblatt, journaliste
Deborah Rouach, comédienne
Pierre Stambul, professeur (Marseille)
Mathieu Staszewski, coordinateur de stages
Michel Staszewski, professeur d’histoire
Donald Sturbelle, graphiste, co-fondateur du P'tit Ciné
Marka Syfer, assureur, juif éthique
Laurence Taca, économiste, GPOS.
Dominique Ventre, directeur de la formation de Télécom ParisTech., membre de l’UJFP-Paris
Laurent Vogel, directeur du département santé et sécurité de l'Institut Syndical Européen, enseignant à l'ULB
Anne Weisshaupt

5 mai 2010

02 mai 2010

Une carte pour un peu mieux comprendre



Se pencher sur une carte aussi complexe, bien sûr, ce n'est pas la même chose que d'aller voir sur place. A défaut, voici de quoi se faire une petite idée.

La carte ci-jointe est récente. Et fiable, elle vient de l'ONU.

Elle a été publiée par l'agence Reuter et La Libre Belgique le 12 mars 2010.

Elle est plus grande et plus claire en cliquant dessus.


Palestine. Quelques tableaux parlants

  Made in illegality / outils infographiques 1er juillet 2019  https://plateforme-palestine.org/Made-in-illegality-outils-infographiqu...