12 mai 2010

UN CLOWN CÉLÈBRE ESPAGNOL REFOULÉ À SON ARRIVÉE À L’AÉROPORT BEN GOURION

Publié le 9-05-2010

Dans un article publié par le quotidien israélien Haaretz, le journaliste Gideon Levy s’indigne de l’expulsion du Clown Prado, venu pour un festival international de clown en Palestine, comme de celle de nombreux autres étrangers. Il souligne que personne n’est plus dupe des fameuses "mesures de sécurité", systématiquement invoquées, en dehors de tous ceux qui ont choisi de fermer les yeux sur la "fascisation progressive d’Israël".

"C’est qui, le véritable clown, ici ?

Qui a dit que l’humour juif avait disparu d’Israël ? Qui a dit que les organisations israéliennes les plus confidentielles n’ont pas en certaines occasions, des moments de franche détente, entre le moment où ils préparent des assassinats et font échouer les complots ?

La fascisation progressive d’Israël, son isolement, son nationalisme et son militarisme ne font rien pour qu’on se détende et qu’on s’amuse.. Aussi, écoutez bien ce que Barak Raviv a rapporté dans le Ha’aretz ce jeudi :

Un clown espagnol – on dirait le début d’une blague – débarque en Israël. Pas n’importe quel clown, non, mais le plus fameux clown d’Espagne, Ivan Prado. Il s’attendait à passer haut la main le contrôle de son passeport (un passeport de citoyen espagnol, même celui d’un clown, n’a pas besoin d’une autorisation de sécurité pour entrer dans l’état démocratique d’Israël)– à déclarer son sac plein de tours et à continuer vers Ramallah.

Il avait prévu, ce pitre, de créer un festival international de clowns précisément à Ramallah. Ce fut l’erreur de sa vie, une idée vraiment tordue. D’abord, quel besoin les Palestiniens ont-ils d’accueillir des clowns venus de tous les pays ? Ils en ont largement assez avec les leurs, merci. De toute façon, de quoi pourraient-ils bien rire, à Ramallah ?

En un clin d’œil, l’un des agents les plus futés du Shin Bet apparut, en vrai gardien d’Israël, pour saisir ce farceur et le questionner sur ses liens avec « des groupes terroristes » . Prado, cet imbécile de clown, refusa de répondre. L’agent du Shin Bet (un clown de moindre renommée) crut, apparemment, qu’il avait été choisi comme sauveur, ce jour-là.

Pour la faire courte, après six heures d’attente désespérante à l’aéroport international Ben Gourion, Prado a été informé par un représentant du ministère de l’Intérieur : « Vous êtes expulsé. Prenez le premier vol pour Madrid où il y a de la place pour les rigolos de votre espèce ». Avec ça, Prado se métamorphosa en prophète de l’Apocalypse. Quand il eut débarqué en Espagne, il commença à dénoncer Israël dans la presse locale, comparant la lamentable situation des Palestiniens avec celle des Juifs de Pologne pendant la guerre. Juste ce dont nous avons besoin. Des plaisanteries polonaises en supplément !

L’ambassade d’Israël à Madrid a envoyé un communiqué urgent à Jérusalem pour demander : « Qu’avez-vous fait ? ». Le ministère des affaires étrangères a répondu sèchement : « Raisons de sécurité ». La rage s’est emparée de l’ambassade espagnole, qui a réclamé une réponse plus concrète pour répliquer aux questions des media espagnols, persuadés que l’expulsion d’un clown pour « raisons de sécurité » ne peut être qu’une plaisanterie.

Mais les services du ShinBet’ et du Ministère de la Défense ne se sont pas donnés la peine de répondre. « Cet homme a refusé de fournir des informations complètes aux agents de la sécurité, et plus particulièrement sur ses liens avec des organisations terroristes palestiniennes » a déclaré le Shin Bet au Ha’aretz en réponse à sa demande.

Explication de texte : Prado, comme l’a si bien compris le si omniscient Shin Bet, a des liens avec des groupes terroristes, autrement il n’aurait pas souhaité créer un festival de clowns à Ramallah. Pire, il a refusé de parler de ces liens. Quels « groupes terroristes » ? Islamique, Jihad ou Brigade des martyrs d’Al-Aqsa peut-être ? Al-Qaida ? Les forces Ouds d’Iran ? Quels liens ? Est-ce que ce clown prévoyait de faire venir d’Espagne de gros stocks de rigolades hostiles ? Des bombes à plaisanterie pour les jihadistes ? Une dévastatrice conclusion comique pour le Hamas ? « Vous pouvez rire », a finalement déclaré un représentant du ministère des affaires étrangères « mais l’incident a déjà causé de sérieux dommages à l’image d’Israël à l’étranger, et cela n’a fait que s’accentuer quand Israël a refusé de fournir des explications sérieuses ».

Prado n’est pas tout seul. Si cette histoire n’était pas si inepte, si grotesque, et si rageante, nous pourrions en rire jaune, à notre seul détriment. Mais des douzaines de visiteurs étrangers ont été refoulés de la même manière au cours des derniers mois parce que suspects de sympathie avec les Palestiniens – un délit très grave, évidemment. Ce sont des gens qui ont une conscience et qui étaient venus exprimer leur soutien aux Palestiniens mais en ont été empêchés, en raison de ce que la police de l’aéroport a dans la tête. L’historien juif américain Norman Finkelstein a été expulsé parce qu’il soutient une solution à deux Etats dans le conflit du Proche Orient, et parce qu’ils pense qu’Israël a fait de l’Holocauste une industrie. Mais s’il avait demandé le document pour nouvel immigrant, il en aurait immédiatement reçu un, conformément à la "Loi du Retour".

Mais venir en visiteur et avoir l’audace de critiquer ? Qu’on le renvoie en Amérique.

De la même manière, trois militants suédois en faveur d’une association juive-palestinienne pour l’éducation, ont été récemment expulsés, comme l’a été un journaliste américain qui avait travaillé longtemps pour Ma’an, une agence de presse palestinienne.

Quelqu’un a-t-il jamais entendu dire qu’un soutien ou un bienfaiteur des colons les plus extrémistes a été expulsé ?

S’il vous plait, ne faites pas rire le Shin Bet ni le ministère de l’Intérieur."

par Gideon Levy

9 mai 2010-05-09 Ha’aretz

http://www.haaretz.com/print-edition/opinion/who-s-the-real-clown-here-1.289150

(Traduit par Carole SANDREL pour CAPJPO-EuroPalestine)

CAPJPO-EuroPalestine

Aucun commentaire: