Accéder au contenu principal

Articles

La démolition de Khan al Ahmar, le transfert de ses habitants. En attendant l’annexion pure et simple ?

Dossier “Israël : La démolition de Khan al Ahmar et le transfert de ses habitants sont des crimes de guerre.”En attendant l’annexion pure et simple ?
1. 
RFI les voix du monde, le 28 décembre 2016
Une colonie à l'est de Jérusalem pourrait bientôt être annexée par Israël.
Presque un mois après l'adoption de la résolution de l'ONU 2334, condamnant la colonisation dans les Territoires Palestiniens, la droite religieuse affiche clairement sa volonté d'annexer Maale Adumim.
La colonie pourrait alors être régie par la loi israélienne.
Une première et un nouveau tour de force vivement critiqué par les Palestiniens.

Un projet de loi portant sur l'annexion de Ma'ale Adumim vise à appliquer la souveraineté de la loi sioniste déjà existante dans la zone E1.
Cette zone qui s'étend sur une superficie de 12 kilomètres carrés, a été incluse dans la zone d'influence la colonie Maale Adumim, qui s'étend au nord et à l'ouest de la Cisjordanie, et l'annexion sign…
Articles récents

Ahed Tamimi libérée

Ahed Tamimi a été libérée. Cette adolescente palestinienne a passé huit mois en prison pour avoir giflé deux soldats israéliens, un épisode qui avait fait d’elle une icône pour les Palestiniens.

À l’époque âgée de 16 ans, Ahed Tamimi avait été arrêtée le 19 décembre 2017, quelques jours après avoir été filmée dans une vidéo devenue virale sur internet. Les images la montraient en train de s’approcher avec sa cousine Nour Tamimi de deux soldats israéliens appuyés sur un muret, dans la cour de sa maison à Nabi Saleh, un village du territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans. Les deux jeunes filles leur demandent de quitter les lieux puis leur donnent des coups de pied et de poing et des gifles.

A lire : Ahed Tamimi, visage viral. (https://www.liberation.fr/planete/2018/01/07/palestine-ahed-tamimi-visage-viral_1620892)

Issue d’une famille connue pour sa lutte contre l’occupation israélienne, elle avait déjà été impliquée dans une série d’incidents avec des soldats, do…

Une annexion dans les faits

Extraitsde l’article “Oslo : un cadre pour la stratégie d’annexion israélienne” paru le 19 septembre 2018 dans le bulletin de lAPB (Association belgo-palestinienne - Wallonie- Bruxelles asbl)

(…)
La colonisation va par ailleurs de pair avec la destruction d’infrastructures palestiniennes en zone C et à Jérusalem-Est. Ces destructions ont atteint un maximum de 1094 structures détruites en 2016. Cet été, l’attention internationale s’est portée sur les villages palestiniens de Khan al Ahmar et Abu Nuwar, en bordure du territoire E1 (situé entre Jérusalem-Est et la colonie de Ma’ale Adumim), et menacés de démolition parce qu‘Israël projette d’y établir une nouvelle colonie.Le projet de construction de cette colonie a toujours été particulièrement sensible étant donné qu’elle séparerait définitivement Jérusalem-Est de la Cisjordanie, tout en coupant cette dernière en deux parties, nord et sud.

Le Mur a lui aussi permis à Israël d’annexer les grands blocs de colonies au territoire israélien…

ISRAËL COULE SON IDENTITE JUIVE DANS LE MARBRE

Le parlement a adopté un texte définissant le pays comme « l’État-nation du peuple juif ». Dépourvu de référence à la minorité arabe et à la nature démocratique de l’État, il suscite de vives critiques.

Destiné à rejoindre le corpus de « lois fondamentales » tenant lieu de Constitution au pays, qui n’en a pas à proprement parler, le texte fixe des éléments de l’identité de l’État hébreu, qui en ressort comme un État exclusivement juif.
Signe des divisions qu’il suscite, il n’a été adopté qu’à une courte majorité, le jeudi 19 juillet, à la Knesset – 62 votes pour, 55 contre, sur 120 sièges.
Dépourvue de référence à la minorité arabe, la loi définit ainsi Israël comme « l’État-nation du peuple juif, où celui-ci applique son droit naturel, culturel, religieux, historique ainsi que son droit à l’autodétermination ».
La colère des uns et le contentement des autres s’expliquent davantage par les silences du texte. Comme, par exemple, l’absence de mention de la minorité arabe et de ses dro…

Le parlement suisse bloque une tentative de criminalisation de BDS

La chambre haute du parlement suisse, le “Conseil des États”, a mis fin mardi dernier à une tentative de criminalisation de la campagne “Boycott, Désinvestissement, Sanctions” (BDS). Au cours du débat, le Ministre des affaires étrangères a critiqué la motion anti-BDS qui était soumise au Conseil, estimant qu’elle menaçait les droits essentiels de la société civile de critiquer l’action des gouvernements. Le Conseil des États a voté une motion qui invite le gouvernement helvétique à réexaminer sa réglementation qui vise à s’assurer que des organisations impliquées dans “actions racistes, antisémites ou inspirées par la haine” ne puissent bénéficier de fonds publics de l’État helvétique. Mais ce texte est sensiblement différent de celui qui avait été adopté par en mars par le Conseil National, la chambre basse du parlement suisse, qui était clairement dirigé contre la campagne BDS, explicitement assimilée à l’antisémitisme.

Toute référence à BDS ou au Moyen-Orient a en effet…

La Shoah mise au service de la réconciliation

Claire Bastier  Correspondante à Jérusalem
Publié dans La Libre le 31 mai 2017
Des esprits libres tentent de l’enseigner, pour favoriser le rapprochement avec Israël. 

La Shoah reste taboue dans la société palestinienne et son enseignement souvent minoré. Si elle est citée, c’est pour être comparée à la souffrance endurée par les Palestiniens depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948. Mais certains Palestiniens décident d’aller à contre-courant de cet impératif collectif, pour servir la réconciliation et la paix entre les deux peuples. "Pour comprendre l’autre, enfile ses chaussures." Un leitmotiv que se plaît à répéter Mohammed S. Dajani Daoudi. Après deux ans d’absence, rien n’a bougé dans le bureau de cet ancien professeur de l’université palestinienne Al Qods à Jérusalem. En haut d’une pile de livres, une de ses dernières publications : Israéliens et Palestiniens : des narratifs contestés. Contestés parce qu’ils s’ignorent ou s’opposent l’un l’autre. Malgré…

Discrimination raciale envers les palestiniens

Parmi la multitude d'information dont nous sommes bombardé, et parmi lesquelles le site "Plateforme Charleroi Palestine"(1) se débrouille fort bien et que je vous recommande, je pointe un article d'Amnesty International sur la discrimination qui s'amplifie en Israël.
Le voici.


Les autorités israéliennes doivent abroger la Loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël, texte discriminatoire qui continue à priver des milliers de Palestiniens de l’accès au regroupement familial, a déclaré Amnesty International aujourd’hui. Près de 14 ans après l’adoption de cette loi à titre de disposition temporaire, les autorités israéliennes ne sauraient continuer à invoquer des motifs de sécurité pour justifier ce qui constitue une discrimination raciale institutionnelle.

Le lundi 20 février 2017, la Cour suprême israélienne va examiner une affaire regroupant 11 requêtes déposées pour remettre en cause la constitutionnalité de ce texte, qui font valoir que l’interdiction systémati…

Une lettre de Gaza aux Indiens de Standing Rock

pourlapalestine.be/une-lettre-de-gaza-aux-indiens-de-standing-rock/

Chers Indiens d’Amérique,
Bien que nous soyons de couleurs, religions, cultures et contrées différentes, j’ai découvert, avec les protestations de Standing Rock, que nous avions beaucoup plus de choses en commun que de différences. Quand je lis votre histoire, je puis nous y voir reflétés, mon peuple et moi. Je sens au fond de mon cœur que votre combat est le mien et que je ne suis pas seule dans la lutte contre l’injustice.


Mes ancêtres n’étaient pas les seuls qui vivaient en Palestine. Juifs, chrétiens et Arabes vivaient tous les uns aux côtés des autres, dans mon pays. Mais mes ancêtres – y compris mes grands-parents et mes arrière-grands-parents – étaient le peuple indigène, tout comme vous. Et ils ont subi le même sort que votre peuple. La politique américaine d’occupation et de déportation via des marches forcées comme la Piste des Larmes, avec le transfert progressif de tant des vôtres dans des réserves surpeup…

LA RESISTANCE PAR LA TERRE

A Hébron, les Palestiniens résistent en plantant des arbres


Nous refusons d’être ennemis", indique le panneau à l’entrée de la ferme de la famille Nassar, près de la route de Bethléem à Hébron. Une terre de 400 dunams (1) que leur grand-père avait acquise en 1916 pour en faire un verger d’oliviers et d’arbres fruitiers. A l’époque, le seul village proche était celui de Nahalin dans la vallée. Aujourd’hui, ils sont cernés par cinq colonies israéliennes.
"Elles sont toujours situées au sommet des collines", explique Daher, l’un des frères qui travaillent à la ferme. "C’était en 1967 (après la guerre des Six jours), des colons sont venus et ont construit un hangar pour les vaches", un large bâtiment en structure métallique qu’on aperçoit à l’extrémité du kibboutz de Rosh Tzurim. Puis sont apparues El’azar, Neve Daniel, Gvaot et Betar Illit, forte aujourd’hui de 40 000 habitants.

Dès 1991, les autorités israéliennes revendiquent la terre des Nassar. Sommés d’en par…