05 octobre 2010

Zoabi : Ceci n’est pas la démocratie

La Knesset révoque les privilèges de la députée Zoabi

Article de Yael Branovsky 
13-07-2010
(Ynet/IsraelNews)
 
La Knesset a révoqué mardi les privilèges de la députée Hanin Zoabi, à cause de sa participation à la flottille pour Gaza, en mai.


Une majorité de 34 députés a voté en faveur de l’invalidation de son passeport diplomatique et pour la révocation de son droit à recevoir le financement de ses dépenses légales.
Une violente bagarre s’est presque produite entre députés arabes et juifs après la session. Zoabi a applaudi quand la décision de la Knesset a été annoncée, et le député Yoel Hasson s’est approché d’elle et lui a dit : « Vous serez bientôt une ex-députée. »

Hasson s’est joint aussi au député Carmel Shama en répondant aux députés arabes qui lançaient des cris de « fascistes » aux membres juifs de la Knesset.

"Il n’est pas étonnant qu’un état qui dénie à un million de citoyens arabes leurs droits élémentaires révoque aussi les droits d’une députée qui représente fidèlement ses électeurs", a dit Zoabi  après avoir entendu la décision.
"Ceci est un précédent dangereux pour le public arabe, et un message hostile. De toute façon la Knesset impose des limites  à notre activité parlementaire et publique au travers d’une législation raciste, et des privilèges n’auraient pas diminué ces limitations."

La députée a ajouté qu’elle ferait appel à des organisations légales et internationales "afin de contenir les impulsions vengeresses de la majorité automatique à la Knesset."

Le député Yariv Levin qui préside la commission de la chambre de la Knesset, a dit que la décision était conforme à l’opinion publique et "qu’on doit prendre une position ferme contre des députés qui font du tort aux soldats de la FDI et mettre en question leur droit élémentaire d’être là."


Mais le Président de la Knesset Reuven Rivlin, qui s’est abstenu lors du vote, a dit que la décision de révoquer les privilèges de Zoabi aurait dû être laissée au procureur général. "Il n’est pas approprié pour des députés de révoquer les droits d’un autre député", a-t-il dit. "C’est une pente glissante et dangereuse. Aujourd’hui, c’est dirigé contre un côté et demain ce pourrait être dirigé contre un autre".

« La démocratie n’existe pas ici »
  
Zoabi a parlé à une session avant le vote et a dit que la conduite de la Knesset prouvait que la démocratie était inexistante en Israël. Deux députés ont été sortis de la plénière pour conduite inconvenante.

"On ne peut pas tenir un débat comme celui-ci de façon convenable, et il scandaliserait tout autre parlement dans le monde", a dit la députée arabe. "Vous ne pouvez pas prétendre que la démocratie existe ici. Je suis une députée et j’ai le droit, même le devoir, de lutter pour mes positions." 

Elle a poursuivi en disant que, loin de révoquer ses droits, les autres députés auraient dû les défendre. "Vous auriez dû me protéger du racisme contre moi à cause de mes opinions", a-t-elle dit.

Lire la suite...

Aucun commentaire: