Accéder au contenu principal

Initiative de Paris : retour à la réalité

Un article de

Jamal Jumaa

L’initiative de Paris a pour objectif de relancer les négociations en vue d’une solution à deux États. Pourtant, jusqu’à présent, les plans de paix n’ont fait qu’aider Israël à prendre davantage de territoire palestinien.


Le projet israélien de bantoustanisation vise à réduire les zones accessibles aux Palestiniens à des cantons fragmentés, ou bantoustans, et à annexer les ressources foncières et naturelles restantes.  Le terme de « bantoustan » a été appliqué à des zones partiellement autonomes sous le système d’apartheid sud-africain prônant la suprématie blanche. Jusqu’à présent, les « initiatives de paix », comme la conférence planifiée qui a commencé la semaine dernière à Paris, n’ont pas exactement contribué à retarder ce processus.
Les frontières des « bantoustans » ont été définies au cours des négociations israélo-palestiniennes bilatérales d’Oslo de 1993 qui ont suivi la conférence internationale de Madrid. À cette époque, 60 % des terres de Cisjordanie avait été catégorisées en tant que zone C, totalement sous contrôle israélien. Cette évolution a donné lieu à une augmentation spectaculaire des démolitions de maisons palestiniennes. Dans la situation actuelle, la zone C forme également un mécanisme réglementaire permettant à Israël d’exproprier les terres palestiniennes et d’étendre les colonies illégales tout en chassant les Palestiniens. Le début de la construction du mur de séparation, qui longe à peu près les limites de la zone C, a été accompagné d’une nouvelle vague de démolitions de maisons visant à dégager la zone derrière le mur. Le pic actuel observé dans les démolitions avait déjà commencé en 2013, conjointement avec le lancement de l’initiative pour Israël et la Palestine par le secrétaire d’État américain John Kerry.

Lire la suite

Publié le 7 juin 2016 sur Middle East Eye (édition en français)
Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Jamal Juma est né à Jérusalem et il a étudié à l’Université de Birzeit, où il est devenu actif au niveau politique. Jamal Juma est un des membres fondateurs du PARC (Palestinian Agricultural Relief Committees), du PACE (Palestinian Association for Cultural Exchange) et du Palestinian Environmental NGO Network. Depuis la première Intifada, il se concentre sur l’activisme de la base. Depuis 2002, il est coordinateur de la Palestinian Grassroots Anti-Apartheid Wall Campaign (Campagne populaire palestinienne contre le mur de l’apartheid) et, depuis 2012, coordinateur de la Land Defence Coalition (Coalition de défense des terres), un réseau de mouvements de base palestiniens. Il est conseiller politique d’Al-Shabaka.

D’autres articles de Jamal Juma où parlant de lui se trouvent sur le site de laplateforme Charleroi-Palestine.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES DÉMOLITIONS DE MAISONS EN CISJORDANIE EN HAUSSE

Le transfert silencieux s'accélère...

Palestine  -DOSSIER DÉMOLITIONS - pages 4 et 5

par Sophie Feyder et Nathalie Jeanne d'athée


Selon l'ONG israélienne Israeli Committee against House Demolition (ICAHD),  le gouvernement israélien a déjà fait démolir 48 488 structures palestiniennes depuis 1967, date de l'occupation de la Cisjordanie et de Gaza.
Un nombre incalculable de gens se sont ainsi retrouvés sans abris du jour au lendemain.
Cette politique de démolition est un des piliers d'une stratégie plus large de judaïsation de la Cisjordanie, une manière silencieuse mais efficace de procéder à un transfert de population.

Si le mot "nettoyage ethnique" froisse encore beaucoup d'oreilles, les juristes israéliens concèdent pour la plupart que ce recours aux démolitions entre clairement en contravention avec l'article 53 de la quatrième Convention de Genève, selon lequel "il est interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou…

Palestine : un reportage remarquable de grégoire Commaire

Parus dans La Libre en avril 2014 :
https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=28712897#editor/target=post;postID=7143928951061035928;onPublishedMenu=posts;onClosedMenu=posts;postNum=3;src=link

En voici des extraits, l'accès aux articles complet étant réservé aux abonnés de la Libre.

Il y a moyen de s'abonner à La Libre électronique, il en coûte 4,83 € par mois (voir la note à la fin de l'article)

Voir l'introduction aux articles dans ce Blog

1. Mirage à Ramallah

mardi 15 avril 2014

Alors que le processus de paix israélo-palestinien s’enlise, Ramallah affiche une image de cité prospère. Mais si certains habitants sont des privilégiés, la réalité n’est jamais loin.
Nous sommes à Jérusalem, capitale autoproclamée d’Israël et ville trois fois sainte pour des millions de croyants à travers le monde. Huit cent mille personnes vivent ici, dont 260 000 Palestiniens chrétiens et musulmans, qui ont un statut de "résident permanent" depuis la conquête par Israël des quarti…

Une lettre de Gaza aux Indiens de Standing Rock

pourlapalestine.be/une-lettre-de-gaza-aux-indiens-de-standing-rock/

Chers Indiens d’Amérique,
Bien que nous soyons de couleurs, religions, cultures et contrées différentes, j’ai découvert, avec les protestations de Standing Rock, que nous avions beaucoup plus de choses en commun que de différences. Quand je lis votre histoire, je puis nous y voir reflétés, mon peuple et moi. Je sens au fond de mon cœur que votre combat est le mien et que je ne suis pas seule dans la lutte contre l’injustice.


Mes ancêtres n’étaient pas les seuls qui vivaient en Palestine. Juifs, chrétiens et Arabes vivaient tous les uns aux côtés des autres, dans mon pays. Mais mes ancêtres – y compris mes grands-parents et mes arrière-grands-parents – étaient le peuple indigène, tout comme vous. Et ils ont subi le même sort que votre peuple. La politique américaine d’occupation et de déportation via des marches forcées comme la Piste des Larmes, avec le transfert progressif de tant des vôtres dans des réserves surpeup…