12 août 2014

MESSAGE D'AVAAZ

12 août 2014

Tout peux changer dans les prochaines heures. Notre compteur a dépassé les 1,5 million de signatures et tourne toujours, et cette campagne est bien partie pour devenir la plus grande campagne de désinvestissement de l'histoire du conflit israélo-palestinien.  Des militants pacifistes de longue date ont déclaré que cette pétition pourrait marquer un tournant, et les prochains jours seront déterminants.

Voici le message d'origine. Si vous ne l'avez pas encore fait suivre aux personnes que cela pourrait intéresser, c'est le moment! (extraits)

Vers la PETITION 
Une nouvelle salve de violences vient d’éclater entre Israël et la Palestine et une fois encore, des enfants meurent. Les seuls appels au cessez-le-feu ne marchent pas, nous le savons. Il est temps de lancer des actions non-violentes pour mettre fin une fois pour toutes à des décennies de cauchemar.

Nos gouvernements ont échoué -- tout en négociant la paix et en adoptant des résolutions à l’ONU, ils continuent via leurs entreprises, à financer, à tirer profit et à investir dans la violence. La seule manière de mettre un frein à ce cercle vicieux de confiscation des terres des familles innocentes, de punitions collectives, de lancement de roquettes du Hamas, et de bombardements sur Gaza est de rendre le coût économique du conflit insoutenable.
Nous savons que ça marche - la directive européenne empêchant le financement des colonies illégales avait causé un séisme au sein du gouvernement israélien. La décision du fonds de pension néerlandais PGGM de se retirer des colonies illégales suite à un appel citoyen au boycott avait également créé une tempête politique. 

Cela ne mettra certainement pas fin aux tueries, mais l’Histoire nous a montré que souvent, le chemin de la paix passe par l’augmentation du coût de l’oppression. Cliquez sur le lien pour exhorter six banques, fonds de pension et entreprises à mettre un terme à ces investissements.

 (...)

Lors des cinq dernières semaines, trois adolescents israéliens ont été assassinés en Cisjordanie, un jeune palestinien a été brûlé vif, un enfant américain a été brutalement frappé par la police israélienne et plus de 40 enfants de Gaza sont morts sous les raids aériens israéliens. Ce n’est plus “le conflit israélo-palestinien”, c’est une guerre contre les enfants. 
(...)

À Gaza, Israël a créé la plus grande prison à ciel ouvert du monde, puis lui a imposé un blocus. Aujourd’hui, alors que les bombes pleuvent, les familles n’ont aucun endroit où se réfugier.
(...)

Ce sont des crimes de guerre que l’on n’accepterait nulle part ailleurs. Pourquoi alors les accepter en Palestine? Il y a cinquante ans, Israël et ses voisins arabes sont entrés en guerre et Israël a occupé la Cisjordanie et la bande de Gaza. Occuper un territoire après une guerre est chose commune, mais aucune occupation militaire ne devrait se transformer en des dizaines d’années de tyrannie, qui ne profite qu’aux extrémistes qui prennent les innocents pour cible. Et qui souffre? La grande majorité des familles des deux côtés, des familles aimantes qui ne veulent que la liberté et la paix.

ABP, le fonds de pension néerlandais, investit dans les banques israéliennes qui financent la colonisation de la Palestine. D’énormes banques comme Barclays financent les fabricants d’armes israéliens et d’autres entreprises qui fleurissent grâce à l’occupation. Le géant de l’informatique Hewlett-Packard fournit des systèmes de surveillance sophistiqués pour contrôler les mouvements des Palestiniens. Et Caterpillar produit des bulldozers qui sont utilisés pour détruire des maisons et des fermes palestiniennes. Si nous lançons le plus grand appel jamais vu pour exhorter ces entreprises à se retirer, nous montrerons que le monde ne veut plus être complice de ce bain de sang. Les Palestiniens appellent le monde entier à soutenir cette action et les Israéliens progressistes la soutiennent également. Rejoignons-les!

https://secure.avaaz.org/fr/israel_palestine_this_is_how_it_ends_3b/?bjnBTdb&v=43759 

La bonne nouvelle, c'est que certains nous ont déjà répondu. Si Barclays se protège en clamant “ce n'est pas notre faute”, ABP, un grand fonds de pension néerlandais, a demandé à rencontrer l'équipe d'Avaaz. La pression fonctionne – pour tous les enfants qui se font tuer à Gaza, n'abandonnons surtout pas. Cliquez ci-dessous pour continuer à leur envoyer vos messages.

https://secure.avaaz.org/fr/israel_palestine_this_is_how_it_ends_pa_3/

Aucun commentaire: